Éva Joly : Pourquoi la TVA sociale est-elle une mauvaise réponse

7 Janvier 2012 , Rédigé par Europe écologie les Verts bigoudens Publié dans #Economie

Extrait des voeux à la Presse d'Eva Joly le 5 janvier :

"Permettez-moi maintenant de vous donner ma première réaction sur la TVA sociale. La TVA sociale est pour moi une mauvaise réponse à deux vrais enjeux qui me tiennent à cœur : élargir le financement de la protection sociale pour ne pas la faire peser uniquement sur le travail, et mettre fin à la désindustrialisation de la France qui est un des points noirs du bilan de la droite au pouvoir depuis dix ans.

Pourquoi la TVA sociale est-elle une mauvaise réponse ? Parce que c’est un très gros cadeau aux entreprises, qui sera payé par tous les consommateurs. Car qui peut croire que les entreprises vont répercuter dans leur prix la baisse des cotisations sociales ? Le MEDEF a déjà annoncé qu’il entendait bien en conserver une grande partie pour gonfler les marges des entreprises. Et la TVA est, on le sait, l’impôt le plus injuste. Avec la TVA sociale c’est la deuxième hausse de la TVA en quelques semaines après l’augmentation du taux réduit à 7 %. Je le rappelle : cette augmentation va rapporter 1,8 milliards d’euros à l’État. 1,8 milliards d’euros : autant que le manque à gagner lié à la réforme de l’ISF. Ce sont les plus pauvres qui vont financer la réforme de l’ISF pour les plus riches. Ça, c’est la réalité des réformes fiscales de Nicolas Sarkozy, qui restera jusqu’au bout le Président des riches.

Comme je vous l’ai dit, la TVA sociale est une mauvaise réponse. Pour élargir le financement de notre modèle social, je propose d’augmenter la CSG en la rendant progressive ; ce qu’elle n’est pas aujourd’hui. Cela permettra d’introduire une plus grande équité dans le financement et de faire contribuer les revenus du capital, puisque comme vous le savez l’assiette de la CSG porte sur tous les revenus et pas seulement ceux du travail.

Quant à la lutte contre la desindustrialisation, c’est pour moi une priorité. C’est l’un des symboles les plus forts de la faillite de la droite au pouvoir. Nous avons devant nous une nouvelle révolution industrielle, celle de l’écologie. Nous pouvons réindustrialiser la France grâce à l’économie verte. Je crois que vous le savez maintenant, parce que ce n’est pas la première fois que je vous le dis,  il y a déjà beaucoup plus d’emplois en Allemagne dans les énergies renouvelables qu’en France dans le nucléaire. C’est là que sont les emplois industriels de demain, dans la chimie verte, dans la sidérurgie pour construire des éoliennes, dans la construction de rames de train, dans l’innovation pour produire les biens très peu consommateurs d’énergie dans tous les domaines."

Partager cet article

Commenter cet article